Discours clés de la désinformation pro-Kremlin – 4e partie: «L’effondrement imminent»

août 21, 2022

L’un des traits caractéristiques de la désinformation pro-Kremlin est son caractère répétitif. Au-delà de toutes les déclarations scandaleuses qu’ils formulent, les médias pro-Kremlin ressemblent souvent à un disque rayé qui s’en tient à une poignée de messages de base destinés aux publics nationaux et internationaux. Il ne s’agit pas d’un accident ou d’un oubli, mais d’une volonté: la répétition confère une plus grande crédibilité aux mensonges. Les organes de désinformation pro-Kremlin le font en s’en tenant à un ensemble de récits récurrents qui servent de modèles à des histoires particulières.

Un discours est un message global, communiqué par le biais de textes, d’images, de métaphores et d’autres moyens. Les discours permettent de relayer un message en créant un suspense et en conférant un caractère plus séduisant aux informations. EUvsDisinfo a répertorié un ensemble de cinq discours dominants qu’utilisent les organes de désinformation russes et pro-Kremlin. Nous les avons vus se déployer à de nombreuses occasions: pour, par exemple, interférer lors d’élections, diffuser de fausses informations sur la pandémie de COVID-19, et justifier la guerre non provoquée en Ukraine.

Cet été, nous vous proposons un aperçu actualisé de ces discours. Voici le quatrième, le discours de «l’effondrement imminent». Vous pouvez également consulter les récits publiés précédemment: «Les élites contre le peuple», «Valeurs menacées», et «Souveraineté perdue».

Quatrième discours: «L’effondrement imminent»

Dans la rhétorique aristotélicienne, le concept de kairos évoque un sentiment d’urgence à entreprendre une action. La plupart des orateurs utilisent ce concept lorsqu’ils déclarent: agissez maintenant, avant qu’il ne soit trop tard! Dans le contexte de la désinformation pro-Kremlin, le discours sur «l’effondrement imminent» remplit cette fonction.

Les organes de désinformation russes et pro-Kremlin ont régulièrement recours à ce discours. En voici quelques exemples: l’UE est au bord de l’effondrement, les États-Unis s’effondrent, l’OTAN s’écroule, l’entrée de l’Ukraine dans l’UE provoquerait l’effondrement du bloc et le système financier s’effondre.

À en croire la propagande du Kremlin, d’autres facteurs précipitent également ce prétendu effondrement. Par exemple, le caricaturiste de RIA Novosti décrit le terrorisme en Europe comme un scorpion mortel que les Européens ont involontairement placé dans leur poche.

Dessin original: RIA Novosti

Une vieille histoire

La Russie prophétise l’effondrement imminent de l’Europe depuis plus d’un siècle. Affirmer que l’Europe ou les États membres de l’UE sont «au bord de la guerre civile» fonctionne tout aussi bien en 2019 qu’en 1919.

Les médias d’État russes alimentent leurs audiences locales de nombreux récits décrivant les conditions de vie épouvantables dans l’UE: troubles, violence, pauvreté, extrémisme politique, etc. Tout cela pour créer chez le public un sentiment de réconfort de vivre en Russie, qui n’est manifestement pas à la veille d’un effondrement imminent, ce qui contraste nettement avec la situation qui prévaut ailleurs.

«L’effondrement imminent» est un discours bien ficelé qui trouve généralement un écho favorable auprès des publics cibles locaux et internationaux, et ce malgré le fait qu’il n’y ait pas eu de guerre civile dans l’UE et que l’Europe ne se soit pas effondrée. À en croire de nombreux indicateurs, le bloc demeure prospère.

Les publics cibles qui, légitimement ou non, redoutent déjà des troubles politiques et sociaux dans leur pays sont particulièrement sensibles à ce discours.

Ainsi, ce discours est particulièrement efficace pendant les périodes de véritables troubles politiques, comme ce fut le cas pendant la crise migratoire de l’automne 2015, pendant la pandémie et maintenant pendant l’invasion russe en Ukraine.

La bataille finale

L’énorme afflux de migrants en Europe a certes posé un problème de taille aux gouvernements européens, mais les médias russes et pro-Kremlin ont dépeint la situation en termes grossièrement exagérés et apocalyptiques, apparentant la crise à un effondrement systémique. Le système a bien entendu survécu sans dommages, mais l’image d’un effondrement persiste dans le jargon du Kremlin.

Au début de l’épidémie de COVID-19, en mars 2020, le philosophe nationaliste Alexandre Douguine se délectait d’assister à l’effondrement des démocraties occidentales:

La société capitaliste mondiale s’est instantanément effondrée. Tout le monde ne l’a pas encore compris. Mais cela ne saurait tarder. Cela signifie que la substance même du mondialisme libéral s’est effondrée, le monde des employés de bureau et des blogueurs de beauté, des individus transgenres et des activistes climatiques, des défenseurs des droits de l’homme et des hipsters, des migrants et des féministes.

Cette approche était également perceptible dans la couverture russe et pro-Kremlin des manifestations des Gilets jaunes en France. Le droit d’exprimer son mécontentement vis-à-vis du gouvernement et de la politique est une composante essentielle de la démocratie, et les citoyens de chaque État européen jouissent du droit de manifester pacifiquement. Le mouvement des Gilets jaunes et d’autres expressions de mécontentement de ce type relèvent de la tradition démocratique européenne. Ils ne sont pas la preuve de l’effondrement du système, mais de sa capacité à se réinventer et à se régénérer.

Malgré le manque de succès évident de leurs prophéties, les pro-Kremlin n’ont cessé de fantasmer sur l’effondrement imminent de leurs adversaires présumés, même après l’invasion russe de l’Ukraine. Le discours de désinformation des médias pro-Kremlin décrit la guerre en Ukraine comme une ruse occidentale visant à retarder «l’effondrement inéluctable du capitalisme mondial».

Le discours sur «l’effondrement imminent» est également parfois repris pour déplorer le prétendu effondrement des valeurs morales et des traditions européennes. Ainsi, les organes de désinformation russes et pro-Kremlin décrivent régulièrement les droits de l’enfant en Europe comme une attaque contre les valeurs familiales. Leur argument ultime: L’Europe se meurt en abandonnant toute décence et toute moralité.

Cependant, les rapports sur la mort de l’Europe semblent avoir été grandement exagérés. Affronter une situation économique tumultueuse, traverser une pandémie mondiale ou être confronté à un paysage politique houleux ne doit pas être confondu avec un effondrement existentiel.

Pour en savoir plus sur «l’effondrement imminent», rendez-vous ici.


Subscribe to the DISINFO REVIEW

Your weekly update on pro-Kremlin disinformation

No, thank you.