En Russie, les professionnels des médias sont tenus en haute estime: nouvelle augmentation des dépenses budgétaires consacrées aux organes de presse pro-Kremlin.

En septembre dernier, un de nos articles soulignait que le projet de budget fédéral russe pour 2020 promettait 92 milliards de roubles (1,3 milliard d’euros; dans la mesure où, depuis septembre 2019, le taux de change du rouble est passé de 70 à environ 90 roubles pour 1 euro) pour les médias financés et contrôlés par l’État. Une année s’est écoulée et, selon les derniers rapports, il semble que les médias pro-Kremlin vont en fait bénéficier d’une somme encore plus importante, soit 101,2 milliards de roubles pour 2020.

Alors que les discussions sur le budget fédéral pour 2021 sont toujours en cours, le dernier projet prévoit de consacrer 102,8 milliards de roubles (1,11 milliard d’euros) aux organes de presse du Kremlin l’année prochaine. Il est à noter que le plan initial prévoyait de subventionner les médias à hauteur de seulement 73,8 milliards de roubles, mais cette somme a été augmentée de 40 % sur proposition du ministère des finances.

Cui bono?

Il y a un an, nous avions expliqué que le principal bénéficiaire de ces subventions destinées aux médias était la chaîne d’information télévisée RT, qui a reçu près de 23 milliards de roubles (325 millions d’euros).

Pour 2021, ce chiffre va passer à 27,3 milliards de roubles (296 millions d’euros), qui seront investis dans le développement de la version allemande de RT et dans la rénovation du siège de RT à Moscou.

Quant au personnel, The Insider est parvenu à se procurer des informations sur les revenus de certains journalistes pro-Kremlin célèbres.

Andrey Dobrov, l’animateur de «Dobrov on the Air», diffusé sur REN-TV, un participant relativement modeste à notre base de données de désinformation, gagne près de 7 millions de roubles (environ 76 000 euros) par an.

Olga Skabeeva et Evgeny Popov, le couple qui anime les tristement célèbres «60 minutes» sur Rossiya 1 et produit de la désinformation allant des bordels danois pour zoophiles au candidat démocrate à la présidence Joe Biden déclarant un coup d’état militaire, gagnent chacun environ 140 000 euros par an. Leurs émissions génèrent plus de 200 résultats dans notre base de données de désinformation.

Vladimir Solovyov est l’animateur d’émissions de télévision, de radio et sur YouTube, et son nom apparait également dans plus de 200 cas dans notre base de données. Un tel travail est récompensé par 52,6 millions de roubles, soit 570 000 euros par an.

Le plus gros revenu de la liste dépasse même celui de Margarita Simonian, rédactrice en chef de RT, dont les revenus sont si énormes que le leader de l’opposition récemment empoisonné, Alexei Navalny, a eu besoin de 39 minutes pour les détailler dans sa vidéo explicative (disponible avec des sous-titres en anglais). Et ceci nous amène à Artem Sheinin. Son émission «Vremya Pokazhet» est une véritable mine d’or, pour les experts en désinformation mais surtout pour son auteur, qui, selon The Insider, gagne 100 millions de roubles, soit 1,1 million d’euros par an.

Constatant l’évolution du budget de RT qui monte d’année en année comme le levain, et les soins dont font l’objet les présentateurs de la télévision, il est difficile de penser que le Kremlin pourrait revoir son approche de désinformation volontaire du public.