Read this article in EN RU IT ES FR DE PL UA RO KA

Le numéro de funambule du Kremlin entre la peur et la bravade

juillet 21, 2022

Le 14 juillet, quelques heures seulement après que nous avons publié notre dernier examen de la désinformation sur les ambitions impériales de la Russie pour l’Ukraine, le monde a appris un autre crime de guerre odieux de la Russie en Ukraine: des missiles russes ont frappé des infrastructures civiles dans la ville de Vinnytsia, dans l’ouest du pays. Presque immédiatement, le cycle de mort et de mensonges du Kremlin s’est mis en marche. Les têtes parlantes à la solde du Kremlin se sont empressées de confirmer l’une après l’autre que la Russie ne frappe que des cibles militaires en Ukraine.

Nous avons démystifié à plusieurs reprises ce sophisme depuis les premiers jours de la guerre d’agression injustifiable de la Russie contre l’Ukraine. Nous avons exposé les mensonges russes sur Marioupol, nous avons démystifié leur désinformation sur Boutcha, nous avons révélé la tromperie du Kremlin sur Kramatorsk. Et nous avons enregistré la dernière désinformation russe sur Vinnytsia dans la base de données EUvsDinsinfo. Sans surprise, les organes de désinformation contrôlés par l’État russe n’ont pas réussi à convaincre le monde que des magasins, des immeubles résidentiels et des centres médicaux situés à plus de 200 km de la frontière russe étaient des «cibles militaires». Alors, les experts pro-Kremlin ont eu recours à leur justification favorite de tous les temps pour justifier la violence gratuite contre les civils: c’étaient tous des nazis.

La semaine dernière a également marqué les huit ans de l’abattage du vol MH17, un avion de ligne transportant 298 personnes. Alors que le monde pleurait les victimes et que la communauté internationale s’efforce de traduire les responsables en justice, les organes de désinformation pro-Kremlin en ont profité pour accuser faussement l’Ukraine d’être l’instigatrice de provocations. EUvsDisinfo ayant suivi les rebondissements des mensonges du Kremlin sur le vol MH17 depuis des années, nous avons donc compilé un support public utile.

Menace existentielle mais non existante

Cette semaine, les experts pro-Kremlin, en particulier le propagandiste notoire Vladimir Soloviev et Margarita Simonian, la rédactrice en chef de l’arme d’information du Kremlin auto-désignée, le média RT, ont ressorti des placards un autre thème de la désinformation bien connu au sujet de l’Ukraine. Les organes de désinformation contrôlés par l’État russe et leurs amplificateurs colportent le récit selon lequel l’Ukraine n’existe pas depuis avant la guerre. À présent, alors que la guerre d’agression brutale de la Russie dure depuis bientôt six mois, ce récit de désinformation est à nouveau diffusé dans tout l’environnement de désinformation pro-Kremlin. Pour ajouter une nouvelle dimension, certains organes de désinformation essaient également de l’étoffer, en prétendant que le statut d’État de l’Ukraine est en train d’être détruit par une guerre civile. Soyons très clairs ici: ce qui se passe n’a rien d’une guerre civile, il s’agit d’une guerre d’agression non provoquée que la Russie a lancée contre un pays souverain voisin.

Il est toutefois étrange qu’une entité aussi inexistante puisse constituer une menace existentielle pour la Russie. Pourtant, à en croire la rhétorique alarmiste constamment régurgitée sur les émissions de télévision contrôlées par l’État russe, l’Ukraine représente précisément cela: une menace fondamentale pour l’existence de la Russie. Bien entendu, même les propagandistes pro-Kremlin les plus éhontés sont conscients de cette incohérence logique. Ils l’expliquent ainsi avec une autre vieille rengaine de l’arsenal de désinformation du Kremlin. L’Occident maléfique contrôle l’Ukraine et l’utilise pour attaquer et diviser la Russie. Selon cette logique tordue, même le meurtre d’un enfant innocent devient une question existentielle pour la survie de la Russie, et s’avère donc totalement justifié aux yeux des propagandistes du Kremlin.

La longue liste des péchés

Le thème des «provocations occidentales» figurait au premier plan de l’écosystème de désinformation pro-Kremlin cette semaine. Même M. Lavrov a pris le temps de verser l’huile du mensonge sur le feu rugissant de la désinformation, dans un article long et détaillé décriant les nombreux cas perçus de «provocations occidentales». Cette tactique consistant à essayer d’épuiser le discours en le noyant sous une montage de détails et d’allégations alambiquées est un modus trollerandi bien connu du Kremlin, que nous avons précédemment exposé sur EUvsDisinfo. Cependant, ces matériaux de désinformation de haute volée fournissent en aval les munitions nécessaires aux colporteurs de désinformation pro-Kremlin.

Bien sûr, selon M. Lavrov, nous savons tous pourquoi l’Occident est si déterminé à dénigrer la Russie. Ce n’est pas à cause des violations flagrantes par la Russie d’innombrables normes du droit international, ni à cause de son insensible désintérêt pour la souffrance humaine. Non, l’Occident est manifestement atteint d’une épidémie de «russophobie» se propageant de manière endémique en Europe. Il est étrange d’accuser l’Europe de «russophobie» alors que, pendant la majeure partie des trois dernières décennies, elle a saisi toutes les occasions de tendre la main à la Russie. Mais là encore, les contradictions logiques semblent être la caractéristique déterminante de l’état d’esprit pro-Kremlin.

L’écosystème de désinformation pro-Kremlin n’a pas non plus manqué l’occasion d’aborder le dernier train de sanctions de l’UE contre la Russie. Comme prévu, certains médias démentaient l’impact des sanctions de l’UE avec une fausse bravade, tandis que d’autres affirmaient que l’UE avait déjà épuisé son potentiel de sanctions contre la Russie, et que d’autres encore tentaient d’exploiter toute division potentielle entre les États membres de l’UE. La vérité est que les sanctions de l’UE contre la Russie fonctionnent, et c’est exactement pourquoi les organes de désinformation contrôlés par l’État russe sont si désireux de soutenir le contraire.

Cette semaine, EUvsDisinfo a également couvert d’autres sujets:

  • Les experts en désinformation pro-Kremlin affirment faussement que l’Occident est responsable et profite de la crise alimentaire mondiale. Non, en réalité, la crise alimentaire mondiale a été exacerbée par la guerre non provoquée de la Russie contre l’Ukraine et les tentatives continues de tourner en dérision les capacités de production et de transport alimentaires de l’Ukraine. Le Kremlin utilise sans ménagement la faim dans le monde comme une arme géopolitique.
  • Les récits de désinformation ridicules et complètement démystifiés de laboratoires d’armes biologiques prétendument financés par l’Occident en Ukraine font encore le tour de l’écosystème de désinformation pro-Kremlin, parsemé d’allégations de «provocations occidentales» en préparation.
  • L’obsession russe permanente concernant le système de roquettes à lancements multiples HIMARS fourni par l’Occident à l’Ukraine, allant des fausses affirmations selon lesquelles ces systèmes ont été détruits aux menaces de scénarios apocalyptiques si jamais l’Ukraine utilise les lanceurs HIMARS pour viser la Crimée.