Read this article in EN IT ES FR DE PL

Modus Trollerandi Partie 3: Attaque

août 11, 2021

Comment la démocratie est MALMENÉE: Sept coups bas

Dans une série d’articles, EUvsDisinfo démontrera quelques coups bas de la rhétorique de la désinformation; comment les producteurs de désinformation détournent systématiquement un échange d’idées – le fondement de la démocratie – en recourant à un ensemble de stratagèmes habiles. Les trolls du Kremlin veillent à enliser le discours public dans un bourbier de contestation inutile. Un militant suédois a inventé le terme Modus Trollerandi pour décrire les tentatives visant à saboter le débat public en recourant à différents coups bas. EUvsDisinfo a développé le concept pour montrer comment la démocratie est MALMENÉE (SWAMPED) par des manipulations pernicieuses.

S: Sophisme de l’épouvantail:

Attaquer des vues ou des idées jamais exprimées par la cible.

W: Whataboutisme:

Détourner la discussion du sujet.

A: Attaque:

Utiliser un langage brutal pour décourager l’opposition.

M: Moquerie:

Utiliser le sarcasme pour rabaisser l’opposition.

P: Provocations:

À qui profite le crime?

E: Épuiser:

Submerger l’opposition d’informations et de détails techniques.

D: Déni:

Nier complètement toutes les preuves.

 

A pour attaque

Les termes pompeux et les déclarations exagérées font, dans une certaine mesure, partie intégrante de tout débat polémique, par exemple: «La proposition de l’opposition est de la pure folie!»; «Le Premier ministre a perdu le peu de crédibilité qui lui restait». Mais le discours démocratique s’abstient généralement de recourir au ridicule, à la déshumanisation et aux insultes. Idéalement, le débat démocratique repose sur le respect fondamental, et ses participants font preuve de fair-play.

Alors que la plupart des coups bas du Kremlin sont agressifs, l’objectif dans ce cas vise à décourager l’opposition à poursuivre la conversation. Les médias du Kremlin ont tendance à qualifier les dissidents de «fascistes», d’«extrémistes» et même de «pédophiles». La porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, y recourt fréquemment dans ses déclarations:

La crise d’épilepsie russophobe au parlement suédois.

Déclaration de Maria Zakharova, Facebook, 2 juin 2021

Et

Nos partenaires occidentaux vivent dans un monde imaginaire. Je pense qu’ils ne voient que ce qui n’existe pas, et qu’ils sont incapables de voir ce qui se trouve devant eux. C’est une capacité étrange que de pouvoir vivre dans un monde d’illusions. Mon impression est que tout l’Occident vit dans un monde d’illusions.

RT, 23 avril 2021

Selon Madame Zakharova, la Russie se comporte de manière irréprochable et pragmatique. Les critiques formulées contre des activités russes ne sont qu’une déviance mentale, une maladie. Une forme étrange d’épilepsie. Des fantasmes.

La base de données EUvsDisinfo contient plusieurs exemples de ce coup bas. Les médias pro-Kremlin décrivent l’Occident comme des «satanistes» et des «pervers». Les médias d’État russe suggèrent que la prise de décision politique est basée sur une «maladie mentale». La militante suédoise Greta Thunberg est une «victime de la pédophilie politique».

Comme pour la plupart des autres coups bas du Kremlin, l’objectif consiste à détourner. Au lieu de commenter le problème, l’adversaire est attaqué et déshumanisé. Le but est de le décourager. Il s’agit de mettre un terme au débat.

Bien sûr, cette méthode n’est pas l’apanage du Kremlin. Elle est fréquemment employée par la télévision biélorusse. La chaîne diffuse un programme appelé «L’Ordre de Judas», et l’hôte, Ryhor Azaronak, explique la finalité de l’émission:

«Quand rien n’est propre, quand la saleté libérale a presque tout recouvert, le monde est au bord de l’extinction. La Biélorussie tient bon. Le fils de Judas a été maudit trois fois; puisse son amour de l’argent le faire suffoquer. C’est l’Ordre de Judas. Nous parlons de ceux qui ont oublié le bien et ont souillé leurs vies en commettant le péché de la trahison.»

L’antidote contre ce stratagème: ignorez l’attaque. Continuez d’insister sur les réponses aux questions fondamentales, car une telle attaque démontre clairement l’absence d’arguments viables.

La semaine prochaine: M pour moquerie