Le thème de la «peur des vaccins» est présent depuis longtemps dans les réseaux de désinformation pro-Kremlin, généralement tapi dans les «sous-bois» de la jungle de la désinformation, et se propage par le biais des médias sociaux – notamment Twitter. Le New York Times a décrit dans un article récent comment des comptes Twitter basés en Russie influencent la «communauté anti-vaccin». Et il y a déjà un an, en mars 2019, CBS News aux États-Unis, faisait également état de liens pro-Kremlin dans une campagne Twitter contre la vaccination.

Beaucoup de choses ont changé avec l’apparition de la pandémie de COVID-19. Depuis fin janvier 2020, la tendance anti-vaccin des médias pro-Kremlin ne se limite plus aux médias sociaux. Le premier cas d’article anti-vaccin identifié au cours la crise actuelle dans la base de données EUvsDisinfo date du 31 janvier, lorsque le site Web Katehon a publié un article suggérant que:

Il existe une large base d’études scientifiques qui remettent en question à la fois la sécurité et l’efficacité des vaccins.

L’article n’est pas un original de Katehon; il a été republié à partir du site américain LewRockwell.org, qui lui-même avait utilisé un article tiré d’un site de médecine alternative connu pour ses tendances sceptiques vis-à-vis de la vaccination.

À partir de la mi-mars, le discours récurrent des anti-vaccin a connu une croissance notable, et tout spécialement lorsque plusieurs organes de presse pro-Kremlin ont repris un article publié sur le site de désinformation canadien Global Research, qui suggérait que l’épidémie de COVID-19 était un prétexte pour lancer une campagne de vaccination forcée dans le but d’injecter aux gens des nanopuces et d’établir un «contrôle total». Ce discours a depuis été repris par plusieurs autres organes pro-Kremlin en russe, en anglais et en espagnol.

Les Gates et la troupe de nos ennemis sont à nos portes

Cette semaine a confirmé la tendance : les anti-vaccins continuent de trouver un soutien dans la presse pro-Kremlin. Bill et Melinda Gates, et tous les autres « dirigeants de l’ombre », complotent pour introduire un vaccin obligatoire qui contiendra des implants secrets pour contrôler le monde. On retrouve cette allégation en russe, en anglais et en géorgien. Notons qu’à ce jour, M. Gates est apparu dans notre base de données à dix reprises – dont huit fois au cours de ces quelques dernières semaines, soit après le début de l’épidémie de COVID-19.

En parcourant les sites en langue anglaise basés en Russie, on observe que Bill Gates apparaît comme le « méchant du coronavirus » sur celui de South Front ici, ici, ici, ici et ici; de RT.com ici et ici; ou encore de New Eastern Outlook, géré par l’Académie des sciences de Russie, ici, ici, ici et ici

Lorsque les organes de désinformation pro-Kremlin diffusent des discours récurrents anti-vaccins, ils deviennent responsables de la réticence de certains à se faire soigner par des professionnels et mettront potentiellement des vies en danger.

La revanche des Anglo-Saxons

Plusieurs études démontrent le rôle des théories du complot dans l’élaboration des politiques russes. Le Journal of Strategic Studies a publié un rapport en janvier sur la façon dont les institutions militaires et les groupes de réflexion officiels russes tolèrent et répandent des théories complotistes sans aucun fondement. Le service en langue russe de la BBC (BBC Russian Service) a rapporté un cas où le ministère russe des affaires étrangères a publié une théorie complotiste très détaillée sur le thème de «qui est derrière la pandémie de COVID-19»:

Assistons-nous à la revanche des Anglo-Saxons en temps réel ? La Grande-Bretagne se vengera des opérations habiles de la Chine à Hong Kong, des « propositions indécente s» des Yankees, suggérant qu’ils ont la mainmise sur les fiers Britanniques, et de « toutes les bonnes choses » que ces derniers ont dû endurer sous la pression toujours croissante des bureaucrates de Bruxelles, tout cela est encore frais dans les mémoires. Pouvez-vous ne serait-ce qu’imaginer Sa Majesté cédant aux instructions des bureaucrates bruxellois, d’autant plus qu’ils manquent de « sang noble »?

Ce texte a été retiré de la page web du Journal, mais une version archivée est toujours disponible. La BBC démontre également comment des théories conspirationnistes similaires sont diffusées par la chaîne de télévision des forces armées russes, ne désignant à la vindicte que les seuls « Américains ».

Plus de la moitié des cas de désinformation de cette semaine sont consacrés à la COVID-19.

Autres éléments de désinformation cette semaine :

Lavez-vous les mains, prenez soin les uns des autres ; respectez les recommandations de confinement !

Cliquez ici pour consulter l’ensemble de la base de données des cas de désinformation.