Read this article in English Italiano Español Deutsch

Les médias pro-Kremlin cherchent à obtenir du soutien pour le vaccin Spoutnik V en créant la perception que l’Agence européenne des médicaments (EMA) a entamé des négociations avec le développeur du vaccin russe, le Centre Gamaleya.

StopFals, un site web moldave de vérification des faits, a découvert que différents médias pro-Kremlin ont relaté une information selon laquelle l’Union européenne était en négociations avec le développeur russe du vaccin Spoutnik V. Afin de promouvoir l’idée que le vaccin russe était fortement demandé dans l’UE, les médias russes ont recouru à des titres trompeurs destinés à donner l’impression que c’était l’Agence européenne des médicaments qui avait entamé les discussions avec le producteur du vaccin russe.

En réalité, le porte-parole de la Commission européenne en matière de santé a déclaré que «l’Agence européenne des médicaments n’a pas encore reçu de demande d’autorisation de mise sur le marché pour le vaccin russe contre la COVID-19. Toutefois, l’Agence a été contactée par le fabricant du vaccin, et les deux parties entament désormais les discussions relatives au vaccin.»

L’Agence européenne des médicaments ne participe pas aux négociations destinées à assurer un portefeuille satisfaisant de candidats vaccins pour l’UE. Elle formule des recommandations indépendantes sur les médicaments à usage humain et vétérinaire en Europe, de sorte que si le développeur russe souhaitait mettre son vaccin sur le marché de l’UE, il devrait transmettre à l’EMA une demande de révision continue ou une demande d’autorisation de mise sur le marché, comme tout autre développeur de vaccins. Selon les médias russes eux-mêmes, l’EMA n’a jusqu’à présent pas reçu de demande relative à la vente du Spoutnik V sur le marché européen.

Le problème des titres trompeurs

Le problème des titres trompeurs peut sembler dérisoire dans le contexte des défis posés par la désinformation. Toutefois, un titre peut changer la manière dont nous pensons, entraînant des malentendus et des raccourcis mentaux qui reposent sur nos propres connaissances antérieures du problème en jeu. Par conséquent, même si RIA, l’agence de presse contrôlée par l’État russe, cite le porte-parole de la Commission européenne et explique que l’EMA n’a pas reçu de demande du développeur de Spoutnik V, son titre «l’Agence européenne des médicaments a entamé des négociations avec le producteur de Spoutnik V» (Агентство ЕС по лекарствам начало переговоры с производителем “Спутник V”) déforme la situation rapportée. Il donne l’impression que l’Union européenne cherche à se procurer le vaccin russe et non l’inverse, renforçant ainsi le discours plus large relatif à la réussite globale du Spoutnik V.

Certains médias ont même pris plus de libertés dans leurs reportages. Le journal Rossiyskaya Gazeta, détenu par l’État russe, a utilisé son titre pour annoncer que «Les négociations relatives à l’approvisionnement de Spoutnik V du marché européen ont débuté» (Начались переговоры о поставках “Спутника V” в Европу), alors qu’en réalité, ce n’est pas le cas. Selon le titre paru sur le site web de Krasnaya Vesna, «L’Union européenne envisage la possibilité d’étudier le vaccin russe Spoutnik V» (Евросоюз рассматривает возможность изучения российской вакцины «Спутник V»), sous-entendant que l’UE s’intéresse à la valeur scientifique du vaccin. Dans les faits, comme nous l’avons déjà mentionné, l’EMA n’évaluerait la pertinence du vaccin pour le marché européen qu’après avoir reçu une demande du développeur, ce qui n’est pas encore le cas.

Le champion incontesté pour l’écriture de titres créatifs reste toutefois est la chaîne télévisée nationaliste Tsargrad, qui a proclamé que «L’Europe a ravalé sa fierté et a entamé des négociations avec le développeur du vaccin russe» (Европа проглотила гордость и начала переговоры с производителем вакцины “Спутник V”). En d’autres termes, l’UE, désespérée et vindicative, n’a eu d’autre choix que de réprimer ses instincts russophobes et d’implorer Moscou de déployer son produit supérieur sur le marché européen.

Des titres trompeurs sur le vaccin de Pfizer-BioNTech

Malheureusement, les titres trompeurs liés au vaccin dans les médias pro-Kremlin ne se limitent pas à un exemple. Alors que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a publié un rapport examiné par des pairs détaillant les avancées des essais de phase II et III du vaccin de Pfizer-BioNTech, des médias de désinformation y ont vu une autre occasion de faire étalage de leur «créativité» dans des titres biaisés. Par exemple, Tsargrad a recouru à un titre à sensation sur le «fichu prix du vaccin de Pfizer et BioNTech», tandis que News Front a annoncé que l’on savait enfin «combien de personnes étaient décédées à cause de vaccin américain contre la COVID-19» (Стало известно, сколько человек убила американская вакцина против COVID-19).

Dans ce cas, les médias de désinformation se sont appuyés sur le rapport de la FDA, qui a conclu que 6 participants sur 43 448 à l’essai du vaccin étaient décédés. Il est important de noter que, selon le rapport, «tous les décès représentent des événements qui surviennent au sein de la population générale des groupes d’âge où ils sont survenus, à un taux similaire», tandis qu’une note supplémentaire de la FDA indique clairement qu’«aucun de ces décès n’a été jugé par le chercheur comme étant lié à la participation à l’étude». Dans leurs articles, les médias de désinformation reconnaissent que 4 décès sur les 6 ont eu lieu dans le groupe placebo. Mais ni Tsargrad ni News Front n’ont pris la peine de dissuader leurs lecteurs de les attribuer directement au vaccin.

Profusion de désinformation

Au cours des derniers mois, les médias pro-Kremlin ont bombardé les publics nationaux et étrangers d’allégations infondées sur la campagne mondiale visant à endiguer la pandémie de COVID-19 par le biais d’une vaccination de masse. Elles ont fait leur chemin; après l’amplification des théories du complot relatives aux origines du coronavirus et l’alimentation des discours anti-vaccination au printemps, elles adoptent désormais une nouvelle approche de promotion du vaccin Spoutnik V auprès des publics du monde entier. Cette tendance se reflète clairement dans l’évolution des discours de désinformation pro-Kremlin sur les vaccins dans la chronologie ci-dessous.